Nouvelles rencontres au salon Aquarama Trade Fair

Au terme d’un été placé sous le signe de la vaccination et de la reconquête des libertés, le jour est enfin venu. Le 30 septembre, l’ensemble du secteur de l’eau se rencontrera à nouveau à l’occasion du salon Aquarama Trade Fair.

Mots clés: #Aquarama, #salon professionnel, #technologie d'eau

Lire plus

nieuws

( Photo: FCO Media )

ENGINEERINGNET.BE - Travaillant au service de l’organisateur FCO Media, Katja Wijffels attend l’événement avec impatience. « Après l’édition numérique de l’année dernière, la reprise de la recette éprouvée de notre succès revêt une importance cruciale pour nous : un salon matériel d’un jour qui autorise la tenue de rencontres fructueuses aussi bien autour des stands que dans les zones de restauration et lors du programme périphérique. »

Halle d’exposition bondée
En tout état de cause, les espaces de rencontre ne manqueront pas. Au propre, parce que la halle d’exposition présente des couloirs plus larges et des zones de restauration supplémentaires. Au figuré, parce que tous les stands seront pourvus en personnel. « À l’origine, nous n’occupions qu’une partie du Brabanthal, mais lorsqu’il s’est avéré, fin juin, que tous les stands étaient occupés, nous avons décidé d’exploiter ce lieu à pleine capacité. En définitive, nous sommes parvenus à occuper complètement une halle d’exposition qui accueille près de 110 exposants. Un signe que ce secteur d’activité s’est affranchi de la réserve et des doutes suscités par la crise sanitaire et que ses acteurs sont prêts à nouer de nouveaux contacts réels. »

Le 30 septembre, les salles situées au-dessus de la halle d’exposition accueilleront à nouveau bon nombre de visiteurs, d’experts et de débats. « Nos partenaires se sont de nouveau engagés à élaborer un programme solide et actuel, consacré à la gestion circulaire de l’eau. En outre, nous accueillons cette année CEBEDEAU, un nouveau partenaire qui dispensera aux visiteurs francophones en particulier tout complément d’information souhaité. »

watercircle.be
Organisation de coordination des entreprises spécialisées en technologies hydriques, watercircle.be s’adresse cette année au secteur de la chimie et conjugue, pour ce faire, ses efforts avec ceux de l’organisation sectorielle essenscia. « Le secteur de la chimie ne se contente pas d’être l’un des plus grands consommateurs d’eau », selon Matthias Mertens, « essenscia a également fait montre d’un intérêt certain pour l’amélioration de la gestion des eaux, comme en témoigne, par exemple, le réseau d’apprentissage organisé en collaboration avec Sweco. »

Les résultats émanant de ce réseau d’apprentissage seront largement abordés lors de cette journée d’étude. « Sweco et essenscia fourniront les éclaircissements souhaités quant à l’évolution de la situation et prendront les initiatives qui s’imposent pour exploiter au mieux les ressources hydriques disponibles. Pendant la session plénière, les conseillers en entreprise relevant de la VLAIO indiqueront les initiatives pertinentes pour le secteur de la chimie. Par la suite, ces conseillers demeureront présents dans la halle d’exposition pour fournir toute explication requise quant aux subventions éventuelles. Pendant la deuxième partie de cette journée, les participants auront l’occasion de se pencher plus avant et d’un point de vue plus technique sur plusieurs cas concrets. »

Comme à l’accoutumée, le programme se compose d’une session plénière et de deux sessions parallèles. Organisée par VMx, la deuxième session parallèle met en lumière différents aspects juridiques.

La journée d’étude aura lieu de 10h à 13h inclus. Le montant des participations s’élève à 50 euros (hors TVA) pour les membres de watercircle.be, à 75 euros (hors TVA) pour les membres de partenaires apparentés et à 100 euros (hors TVA) pour les externes. Les étudiants bénéficient d’un tarif préférentiel de 25 euros (hors TVA).

Vlario
Vlario se définit comme la plate-forme de concertation et le centre de connaissances du secteur de l’égouttage et de l’épuration des eaux usées en Flandre. L’année dernière, Vlario s’est déjà étendu sur les aspects techniques de la gestion circulaire de l’eau. « Depuis lors, nos membres se sont familiarisés avec bon nombre de ces questions », estime Wendy Francken, en sa qualité de directrice. « La question la plus importante à laquelle nous devons répondre aujourd’hui s’énonce comme suit : comment intégrer la gestion circulaire de l’eau dans les cahiers des charges ? Cette année, nous allons nous pencher plus avant sur ce thème. »

Le programme comprend une série d’explications relatives aux dispositions régissant les cahiers des charges circulaires, à la circularité des matériels et matériaux destinés aux travaux d’égouttage et d’infrastructure ainsi qu’au recours à l’épuration décentralisée des eaux usées comme base à toute gestion circulaire de l’eau. En outre, ce programme accorde une place effective à divers exemples tirés de la pratique et aux éclaircissements fournis par les lauréats du prix Vlario de l’innovation.

Comme les années précédentes, le Vlario organise, l’après-midi, une session supplémentaire consacrée au projet WOW! Consacré à la récupération de déchets, ce projet Interreg touche à sa fin cette année. Cette session verra la présentation d’une foule de résultats et de conclusions.

La journée d’étude du Vlario aura lieu de 10h30 à 12h15. La participation est gratuite pour les membres du Vlario, mais une indemnité de défection de 50 euros (hors TVA) sera facturée. Le montant de la participation des non-membres s’élève à 50 euros (hors TVA). La session WOW! débutera à 13h30.

AquaFlanders
Focalisé sur le potentiel et les défis que présente l’eau de deuxième circuit dans le domaine des applications domestiques, AquaFlanders (fédération des gestionnaires de réseaux d’égouts et des entreprises flamandes de distribution des eaux) propose un autre regard sur la circularité et la réutilisation de l’eau. « L’utilisation des eaux de pluie est plus enracinée dans les applications résidentielles », selon Carl Heyrman, Directeur général, « Mais nous entendons apporter un éclairage sur d’autres solutions. Ainsi, divers projets pilotes portant sur la réutilisation de l’eau de douche et son affectation au rinçage des toilettes ou à d’autres applications qui méritent d’être examinées à la loupe. Quels est le potentiel de ces technologies et quels en sont les avantages et les inconvénients ? Ces applications sont-elles évolutives et quelles perspectives d’avenir offrent-elles ? »

Intitulée « Au-delà des One Liners : un regard clair sur l’eau de deuxième circuit », la session d’information proposée par AquaFlanders vise à lancer une discussion et un dialogue interactifs. « À la fin de cette journée, nous espérons avoir une idée plus précise des solutions et technologies auxquelles accorder notre préférence dans telles ou telles circonstances. Nous entendons aussi définir une série de points de fonctionnement pour que la réutilisation de l’eau bénéficie d’une diffusion plus large. En veillant, bien entendu, à l’application des garanties nécessaires en matière de qualité de l’eau potable.

La session d’information d’AquaFlanders aura lieu de 13h30 à 15h. Participation gratuite, mais inscription obligatoire.

CEBEDEAU
Centre liégeois de recherche et d’expertise pour l’eau, CEBEDEAU participe pour la première fois, comme partenaire, au salon Aquarama Trade Fair. « En tant qu’organisation, nous nous efforçons d’établir des liens solides entre la recherche, l’industrie, les sociétés de distribution d’eau et les pouvoirs publics », précise Jean-François Gérard, business development manager, en abordant les nouvelles formes de collaboration. « À cet égard, la plate-forme d’Aquarama n’est-elle pas le lieu le plus propice à l’établissement de liens ? »

Mettant l’accent sur le potentiel et les défis que présente la réutilisation de l’eau dans l’industrie, la session d’information du CEBEDEAU se rallie à la priorité accordée à la circularité, fût-ce dans une optique propre à la partie francophone du pays. « Nous ne sommes pas nécessairement aux prises avec le problème urgent que pose la sécheresse en Flandre, mais les entreprises sont de plus en plus conscientes que la réutilisation de l’eau s’impose pour des raisons écologiques et économiques. La préservation des sources naturelles est une priorité absolue et l’eau circulaire est indispensable pour limiter les effets des prélèvements et déversements dans l’environnement. Par conséquent, nous étudierons plusieurs exemples concrets et nous accorderons une attention particulière aux nouvelles technologies de surveillance de la qualité bactériologique des eaux de recirculation. »

La session organisée par le centre CEBEDEAU aura lieu l’après-midi. La participation est gratuite, mais l’inscription est obligatoire et, le cas échéant, une indemnité de défection sera facturée. Tout comme lors des autres sessions et journées d’étude, les participants peuvent s’inscrire sur le site Web du salon Aquarama Trade Fair.



www.aquaramatradefair.be