L’interconnexion hybride entre la Belgique et le Danemark est réalisable

Les gestionnaires de réseau Elia et Energinet vont réaliser une liaison sous-marine entre deux îles énergétiques artificielles, capable d'échanger de l’énergie entre deux pays en acheminant jusqu’à la terre ferme l'électricité des parcs éoliens offshore.

Mots clés: #CO2, #Elia, #Energinet, #interconnexion

Lire plus

nieuws

( Photo: Elia )

ENGINEERINGNET.BE - La première phase de l’étude de faisabilité se clôture avec la signature d’un nouvel accord de coopération entre les deux gestionnaires de réseau.

La signature a eu lieu à Copenhague, lors du congrès annuel de WindEurope, la fédération européenne de l'énergie éolienne. Au niveau politique, un protocole d’accord (MoA) a été signé juste avant par les ministres belge et danois de l’Énergie, Tinne Van der Straeten et Dan Jørgensen.

Le projet dispose désormais d’un nom: Triton Link et une fois en service, il permettra de réduire les émissions annuelles de CO2 de 4 mégatonnes. En raison de sa taille (plus de 600 km) et de la technologie utilisée, le projet nécessitera une approche innovante et présentera de nombreux défis.

Grâce au projet, la Belgique (et l’Europe) disposera d’un accès direct à une grande quantité d’énergie renouvelable qui sera nécessaire pour décarboniser notre industrie, grande consommatrice d’énergie, et atteindre les objectifs climatiques européens.

Elia et Energinet (Danemark) vont à présent poursuivre la concrétisation des plans et répertorier les possibilités quant aux tracés, aux points d'atterrage et aux emplacements des stations de conversion. La décision finale relative aux investissements et à l’exécution se basera sur ces conclusions.

La construction du Triton Link devrait durer environ quatre ans et être finalisée vers 2030.